Année 2013-2014 : 6 mai 2014

Verdi, ses lieux de vie,

par Geneviève Staelen.

genevieveCe mardi, les auditeurs acorfiens, nombreux dans la salle Erasme, étaient en attente de connaître la vie de ce grand compositeur romantique, dont le bicentenaire de la naissance le 13 octobre 1813 fut célébré dans le monde entier l’année dernière.

Chaque séquence de la vie de Verdi pourrait constituer un sujet de roman, tant sa vie mouvementée fut riche !

Il vivra jusqu’à un âge vénérable, parvenu au faîte de la gloire artistique et de la position sociale.
Il voyagea beaucoup pour créer et gérer son importante carrière de compositeur, commencée par des années de galère, à l’époque romantique, entre le bel canto et le vérisme.
Cette vie fut expliquée, analysée dans le contexte géo-politique d’un XIXème siècle très compliqué.
L’Italie était une poussière d’états soumise à la domination étrangère, des autrichiens dans le Nord, du Pape à Rome, des Bourbons espagnols à Naples dans le sud et régulièrement le théâtre de guerres.

Sa naissance.
Né dans une famille de paysan, il se considéra toujours comme tel.
VERDI est né français à Roncole dans le royaune de Napoléon, de parents aubergistes de village, dont les ancètres étaient métayers des propriétés des Princes Pallavicini.
Il devint autrichien dans le Duché de Parme de Marie Louise et enfin Italien !
En 1848 Il acheta à San Agatha près de Busseto, une vieille ferme transformée et agrandie. Il en fit sa demeure de campagne, magnifique et prestigieuse propriété, oasis de paix propice à la création.
Cette réalisation fut une revanche d’être lui le paysan devenu maître des domaines des Princes Pallavicini.
Les époux Verdi en firent leur résidence de 1851 à la fin de leur vie, sauf durant les voyages de travail et les hivers gênois. Ce fut pour toute sa vie, sa maison de repos, fréquentée par ses amis et collaborateurs.venant le voir à sa demande. De nos jours, en 2013, année du bi-centenaire des visiteurs du monde entier sont venus visiter ces lieux historiques.

Bienfaiteur.
Il prit soin du bien-être du peuple, durant les périodes troublées par les guerres, soucieux des besoins économiques et éducatifs de la jeunesse (année 1868) et créateur d’hopitaux.
Dans sa région natale enclavée son esprit d’ouverture et sa fortune personnelle permirent un développement utile.

Voyageur.
Verdi parcourut l’Europe voyageant avec les moyens du moment, les calèches, et le chemin de fer vers 1860/1870 , sans se ménager pour obtenir les résultats qu’il voulait.

Compositeur, homme de théâtre
Il dut lutter avec les directeurs de théâtre, et les metteurs en scène, et négocier les censures avec les autorités. Il s’est associé activement avec les librettistes.
Il créa ses opéras avec des magnifiques voix humaines, voulues par lui, ses techniques de chant sont encore reconnues.
Le talent des écrivains et des poëtes inspirérent ses compositions musicales.
Il dut s’opposer à la mentalité de ce siècle, qu’il a défini  à travers des lettres environ 15000 ou 25000, suivant les sources, écrites durant sa longue vie.
Il devint le plus grand compositeur italien du XIX ème siècle.

Homme politique.
Il eut un parcourt politique régional et national, pressé par Cavour. Il laissa tomber la musique durant cet épisode. La mort de Cavour mit fin à cette carrière.
Sa grande notoriété lui valut d’être nommé sénateur à vie. Il refusa cet honneur.

Partant de son enfance Les Acorfiens ont visité ses lieux de vie qui dessinent les traits les plus saillants de sa personnalité.

Sa jeunesse.
Reconnu très jeune (à 5 ans) doué pour la musique,Baistrocchi organiste à Busseto (près de Roncole) devint son professeur, Verdi succédera à cet organiste à 9 ans.
A 12 ans un excellent professeur, Provesi, fut un maître très exigeant qui le conduira à avoir le niveau requis pour l’admission au Conservatoire de Milan.
Verdi devint l’assistant de Provesi à 16 ans. Grâce à un protecteur Barezzi. qui accueillit VERDI à 18 ans, il obtient une bourse et des subsides pour son séjour à Milan.
Le conservatoire de Milan ne l’accepta pas, car trop vieux, étranger à Milan et n’ayant pas satisfait aux épreuves pianistiques. En remplacement, un grand professeur privé, Lavigna , lui permit d’obtenir le diplôme de compositeur de musique.

Ses études.
Jeune provincial, à Milan il eut la réputation d’être turbulent, mal éducato. il logea dans 4 ou 5 lieux de vie.
C’était un jeune homme venant de la campagne, à 19 ans, hirsute, recalé au conservatoire. Une période ou il a expérimenté la faim. L’ambiance urbaine fut mal acceptée.
Le Saut de Busseto à Milan capitale de la Lombardie Venetie a été marquant pour lui.

margueriteSes débuts dans la vie.
Il pense retourner dans sa province.
En 1834 ( à 21 ans) il concourut pour un poste d’organiste, collabora à Busseto à la Société philharmonique.
En 1835 Il fut reçu, investi pour 3 ans, comme professeur et compositeur pour la consommation musicale de Busseto.
Il est entre deux mondes : sa province et Milan. Il garda des contacts milanais, en prévision de perspectives plus ambitieuses.

Un mariage fut conclu avec Marguerite la fille de Barezzi son bienfaiteur et une vie normale put commencer dans sa province. Deux enfants naissent.
Les malheurs commencèrent, le premier enfant décéda.
Avec le tempérament de Verdi, éduqué très durement, il se résigna à quitter la région familiale, fit annuler le contrat triennal en 1839 et partit pour Milan avec Marguerite.
Il reviendra en 1844 après le succès d’Ernani à Venise, sa femme et son fils étant décédés.
Il désira s’implanter dans sa province en 1848. Il achèta le Palazzo Orlandi au centre de Busseto, avec l’intention d’y habiter et d’y finir sa vie.

Il y composera trois opéras : Louisa Miller, Stifffelio, Rigoletto.
A cette époque, Il vivait maritalement avec Giuseppina Strepponi cantatrice à la Scala qui l’aida dans les débuts de sa carrière.
Un grave contentieux intervint alors avec la ville Busseto et ses habitants, car la Strepponi n’y fut pas bien accueillie.
Les relations avec la ville de Busseto furent toujours conflictuelles.

Le second mariage Après 12 ans de vie commune.
Le MARIAGE de GIUSEPPE VERDI grand compositeur romantique italien avec la célèbre cantatrice Giuseppina Strepponi fut célébré le 29 août 1859 à Collonges-sous-Salève, (en haute Savoie actuelle) dans le royaume de Piémont Sardaigne.
Témoins du mariage le cocher chargé de les conduire et le sonneur de l’Eglise.
L’Abbé Mermillod de Genève, futur évèque, célébra leur union civile et religieuse.

Dans quelles conditions construire une carrière de compositeur au XIXème siècle ?
Nécessitant beaucoup de voyages,  le parcours de Verdi est difficilement imaginable de nos jours.
Au XXIème siècle, le téléphone, l’internet, le courrier électronique, les SMS, les réseaux sociaux sont utilisés quotidiennement et sont devenus indispensables.
Les moyens de communication au XIXème siècle étaient très lents ou inexistants par rapport aux déplacements urgents de Verdi sur tous les lieux européens de création de ses oeuvres !

Nos amis acorfiens firent cette découverte : Verdi fut un compositeur de musique italien et européen.
A travers l’Europe et l’Afrique,
Paris, Vienne, Berlin, la Pologne, Londres, Le Caire, Saint-Pétersbourg, Madrid, Moscou.
Et en Italie,
Milan, Venise, Naples, Rome, Florence, Bologne, Rimini, Monte Catini Thermes, Gênes, Trieste.
Il traversa des années de galère pour construire sa carrière. 28 opéras en tout !
Avec le soutien de la Strepponi, il obtient un bon contact avec Merelli grand patron de la Scala de Milan en 1839.

Les débuts
de 1839 à 1842. 3 opéras en deux ans
puis
13 opéras de 1842 à 1850 les intrigues les plus intimistes.
1851 1853 La trilogie les chefs d’oeuvres les plus populaires Rigoletto, le Trouvère, la Traviata.
1855 1862 Les grandes oeuvres de la maturité : Aroldo, Les Vêpres siciliennes, Simon Boccanegra, un bal Masqué et la Force du destin.
1862 1893 Le bouquet final : Don Carlos, Aïda, Otello, Falstaff.
Homme de théâtre le compositeur, exigea toute sa vie la perfection des corps et de la voix humaine. Il fut d’une intransigeance extrême, ce qui explique sa présence dans toute l’Europe.
L’attention fut portée sur ses opéras, créés ou repris dans les villes italiennes et européennes ou il vécut ou ne fit que traverser. Nous allons les parcourir.

MILAN
150.000 habitants est alors une ville médiévale.
Il arriva en 1839 à 18 ans pour ses études supérieures de musique, parfaitement étranger dans cette grande ville. Il eut une présence sporadique, 70 ans de rapport vital, pour son travail. Il y mourut en 1901 à quelques pas du grand théâtre La Scala.

Créations des oeuvres à Milan :
Oberto conte di San bonifacio, un giorno di regno, Nabucco, I Lombardi alla prima crociata, Simon Boccanegra, Don Carlo 2ème création en italien 1888, Otello, Fallstaff.
La Messe de Réquiem. création en 1873 à Eglise San Marco à Milan fut composée en hommage au grand poëte romantique Manzoni que Verdi admirait beaucoup.
Durant sa vie de compositeur il y résida beaucoup mais eut 20 ans d’interruption avec la Scala causée par des incompréhensions pour la représentation de Macbeth "je suis persuadé qu’ils ne peuvent ou ne veulent monter mes opéras".incident

VENISE
106.000 habitants en 1846.
Dans la laguna Verdi a trouvé une ambiance favorable.
1842 Reprise de Nabucco

Créations à Venise :
1844 Ernani à la Fenice.
1846 Attila à la Fenice.
1851 Rigoletto à la Fenice.
1852 La traviata théâtre Benedetto.
Le succès de Ernani fut le départ d’une carrière internationale.
1857 Simon Boccanegra à la Fenice création malheureuse.
1881 reprise nouvelle, création pour la Scala.


Le rôle crucial de Venise dans l’affirmation professionnelle est patent. Mais la censure fut impitoyable pour Rigoletto Traviata et Ernani.
Il a résidé plusieurs fois dans cette ville et surtout revenu.
1866, Le Trouvère, en représentation à la Fenice dans cette ville encore sous domination autrichienne, fut interrompu par une manifestation nationaliste italienne, alors que l'Italie était sur le point d'être unifiée.

BOLOGNE
1851 reprise de Macbeth et Louisa Miller
1855 reprise des vépres Siciliennes au Palazzzo.

TRIESTE
1849 Création Stiffelio au théâtre actuel J VERDI

FLORENCE
1847 Création Macbeth à la Pergola.
travail extrèmement remanié en 1865 pour Paris.

Dans toutes ces villes le travail de Verdi fut immense.

ROMA
Il devient membre honoraire de l’académie philarmonique de Rome.
Il refusa la croix de commandeur de l’ordre d’Italie.
Le ministre de l’instruction avertit Rossini d’une proposition d’une association pour le renouveau de la musique en un temps ou la musique était dévoyée donc celle de Verdi !!

Créations à Rome au théâtre Appolo.
1844 due foscari
1849 La  battaglia de Legnano
1853 Le Trouvère
vivaLa première annuelle dans ce théâtre est un rendez-vous culturel et mondain de grande envergure.
Ce fut un spectacle épouvantable par suite d’inondation dans la ville,

Création à Rome au théâtre Argentina
1859 la premiere du bal masqué. ( 20/30 rappels ) Oeuvre refusée à Naples pour cause de censure.

Anecdote historique
A cette époque la Lombardie est encore occupée par l’Autriche c’est à l’occasion de cette première qu’apparaît sur les murs l’inscription de Viva VERDI acronyme de Viva Vittorio Emanuele Re d'Italia. Après ce jour cette affiche apparaîtra dans toute l’Italie et la Sicile.

1886 pour la représentation reprise de Fallstaff, Verdi arriva à la gare Termini fut accueilli par une foule immense.
Assistent à la représentation le Roi Umberto 1er et la reine Marguerite. Il refuse tous rapports avec les grands.

NAPLES.
la ville de 400.000 habitants est une capitale.
1843 a la veille du début des rapports entre Verdi et Naples dans cette ville se trouvaient 7 théâtres principaux.

Créations à Naples
1845 Alzira.
1849. Luisa Miller au San Carlo dirigé par Verdi.
1873 reprise d’Aida délire du public pour cette reprise. 50 rappels après le baissé du rideau.
La reprise des vèpres siciliennes et Simon boccanegra obtinrent de très grand succès.
Le San Carlo théâtre fut fondé par Charles 1er de Bourbon au XVIIIème siècle. Il était à cette époque le plus grand théâtre lyrique existant.
L’albergo delle crocelles via chiaramonte fut un lieu très fréquenté par les célébrités de l’époque fut un lieu de vie de Verdi.

Voici un exemple de voyage 24 heures de voyage de Busseto à Naples via Genova, Pisa, Florence, Rome, (Cholera et quarantaine) finalement assez courant pour Verdi.

LONDRES
le 26 mai 1847 départ pour Londres par la Suisse La descente du Rhin, l’Allemagne, Bruxelles, Paris et enfin Londres.

Création au Her Magesty’s Theatre
22 juillet 1847 I Masnadieri.
Verdi dirigea l’opéra devant la Reine Victoria et le Prince Albert.Il y eu 4 reprises en continu. Verdi refusa d’être présenté à la Reine.
1875 il proposa ‘4 séances du Requiem à l’Albert Hall. à Londres.londres

PARIS
Cette ville fut le centre de premier plan du milieu de sa carrière de 1847 à 1871.
Il fut décoré de la Légion d’honneur, par Louis Bonaparte président de la République.
Il sera reçu au Château de Compiègne lors d’un week end organisé par l’Empereur Napoléon III. et l’Impératrice Eugenie.
En 1894 fut reçu Grand croix de la Légion d’honneur par Casimir Perrier.

Créations à Paris
1847 Jerusalem à l’ académie royale de musique.
1855 Les vèpres siciliennes reprise en présence de l’empereur, théatre le Pelletier.
1865 Macbeth 2ème version au théâtre lyrique impérial.
1867 don Carlo en français première création à l’académie impériale de musique.

Paris, capitale du monde moderne comme l‘a défini dans les années 70 Verdi alors que l’artillerie prussienne menaçait la ville.
Il vivra Boulevard du Temple, puis à Passy, puis aux Champs Elysées
Boulevard des Italiens et rue Pelletier.
Il restera dans cette ville 7 ans par intermittence.

1867. Durant la représentation de Don Carlos le 19 août 1867 se trouve dans le public le khedive d’Egypte grand amateur de Verdi. Le projet Aida fut abordé.
1874 Le Réquiem fut executé à l’Opéra comique 7 fois de suite.
1894 Première française d’Otello et de Fallstaff.

Giuseppina Strepponi, chanteuse orgueilleuse et indépendante, compagne de vie de Verdi, fut celle qui le poussa à aller de l’autre côté des Alpes.
Les cachets des théâtres de la capitale française et le vent de liberté que l’on y respirait furent décisifs.
Il se laissa ainsi séduire par une autre ville que Milan, et Verdi fut incontestablement Européen.

VIENNE
1843 reprise de Nabucco première représentation d’une oeuvre de Verdi à l’étranger.
Verdi dirigea personnellement son chef-d'œuvreau théâtre de la Porte de Carinthie, face au Philharmonique de Vienne nouvellement fondé.
1874 il dirigera le Réquiem.

SAINT PETERSBOURG
Verdi reçut du Tsar Alexandre II la Croix de l’ordre de Saint Stanislas.
1862 Création de la Force du destin au théâtre impérial du Bolchoi
Cette oeuvre fut considerée grandiose et hors du commun.

MADRID
1862 la Force du destin reprise avec des nouveaux décors au théâtre royal.

LE CAIRE russie
Aida, opéra en quatre actes, représente l'ouverture européenne vers de nouvelles terres, en l'occurrence l'Afrique.
1871 création au théâtre Khedival du Caire devant El Pacha.
La date prévue pour la mise en scène d'Aida était le 1er novembre 1869, mais elle fut renvoyée, au 24 décembre 1871 pour plusieurs raisons dont la guerre franco-prussienne,.
Le jour de l'inauguration, ce fut “Rigoletto” donc un autre opéra de Verdi, qui fut représenté.

GENOVA.
1867 est nommé citoyen d’honneur de la ville. La ville de Gènes frappe une médaille commémorative du Jubilée artistique de Verdi.
1840 1a reprise de l’opéra du début Oberto conte di San Bonifacio au Carlo Felice.
1848 - 1859 reprise Un giorno di regno, Alzira, le Corsaire Aroldo, au Carlo Felice

Habituelle résidence hivernale des conjoints Verdi, Gênes représenta une place importante du début à la fin de la carrière.
A la” Lanterne” du 3 janvier au 11 mars chaque hiver.
les années 1854 1865 1866 à l’hotel de la Croix de Malte.
En 1867 Les Verdi décidèrent d’avoir un pied à terre face à la mer, L’étage noble du Pallazzo Sauli Pallavicino fut loué ils habiteront jusqu’en 1874.
1868 il y travaille à la révision de la Force du destin.
1869 fin décembre reçoit de la commission du Caire “le bon à tirer !!!” pour Aïda, qu’il compose en partie à Gènes.
1875 La Strepponi se prépare à emménager au Palazzo del Principe, Andréa Doria, construit au XVIème siècle pour l’Empereur Charles Quint et ensuite visité par Philippe II d’Espagne et Napoléon. et habité par Verdi.
Un bonheur tranquille durant cette visite annuelle de deux mois conversations du Maître, table rituelle la douceur pénétrante de l’air du Grand Palais Doria ou Verdi se croyait être le Doge.
Au San Carlo Fenice Voici le détail de l’exécution des oeuvres de Verdi :
Aïda en 1875 -- Don Carlo 1887 -- Otello 1888 -- Simon Bocanegra 1892 -- 4 fois Falstaff du 6 au 11 avril 1893 qui eurent lieu dans cette ville de Gênes.

MONTE CATINI THERMES
Montecatini, lieu habité par Verdiest une ville d’eau située entre Florence et Pise.
Verdi pense qu'il est un musicien fini, fatigué, il est convaincu qu'il n'a plus rien à dire. Mais, comme par magie, il composa des chefs-d'oeuvres Otello et Fallstaff.

Il décéda à Milan en janvier 1901
“Le maître est en train de mourir les rues de la ville de Milan sont paillées pour amortir les bruits et ne pas troubler le malade”
Cette ville qui fut le théâtre d’une grande partie de sa vie. organisa des obsèques solennelles, célébrées contre son gré en février 1901. 350000 personnes se rassemblèrent pour assister à ces funérailles. un Choeur de 1000 choristes dirigé par Toscanini interprèta le”Va pensiero” extrait de Nabucco.
Verdi et la Strepponi reposent depuis dans la crypte de la maison de retraite (casa di riposo) piazza Buonarotti à Milan.

Année 2013 année du bicentenaire de la naissance de Verdi. 1403 spectacles ont été représentés dans le monde pour célébrer cet évènement.

Année 2113 année du tricentenaire combien de spectacles dans le monde. ??

 

©ACORFI