année 2005-2006 : 10 janvier 2006

Trévise ville de l’eau,

par Pierre STAELEN

 

Cagnan

Cette présentation de Trévise a eu lieu avant notre réunion annuelle consacrée à fêter la Befana.

Bien que les relations soient actuellement trop peu suivies avec Trévise, ville jumelle d’Orléans , nous avons tenu à insérer Trévise dans le programme de notre voyage de Juin en Vénétie. Les autres villes importantes visitées lors de ce voyage, Padoue et Vicence, ont fait l’objet de conférences récentes de notre Association. Il restait à présenter Trévise, objet de cette réunion. Toutefois, vu le temps restreint, tout n’a pas pu être traité.

D’abord quelques faits et chiffres.

La population de Trévise est de 90.000 habitants, pour son agglomération 200.000 habitants, tandis que la province rassemble 750.000 habitants.

Trévise est située à 30 kilomètres au Nord de Venise, à laquelle un train la relie toutes les 1/2 heures environ. Elle dispose de deux aéroports, l’un civil, l’autre militaire (Istrana). L’aéroport civil, fréquenté par les lignes “low-cost” accueille 2 millions de passagers par an.

Trévise et sa province constituent une région très active sur le plan économique. L’industrie y est encore très développée, et exporte 40 % de sa production. Les entrepreneurs, principalement de petites et moyennes sociétés, souvent à structure familiale, sont extrêmement actifs. Les délocalisations sont très répandues, surtout en Roumanie, dans la région de Timisoara, liée depuis longtemps à celle de Trévise. Le taux de chômage de la province est l’un des plus bas d’Italie : 3,4  %.

Il y a aussi de très grands groupes, à Trévise, le plus connu étant Benetton, mais on y trouve aussi De Longhi pour le petit électroménager, Monti pour le textile, Chiari et Forli pour l’alimentation, d’autres groupes dans le mobilier et le bâtiment, etc... avec un développement récent des nanotechnologies.

Dans la province, la petite ville de Montebelluna est au premier rang mondial pour la production des chaussures de sport et “casual” : Salomon, Geox.

Trévise n’est pas en retard dans le domaine culturel. Elle est connue, nationalement et au delà pour ses manifestations : le Premio Treviso per la Cultura (Sauvegarde des Biens Culturels), le Festival delle Due Città, Rome et Trévise pour la guitare, sa Fondazione Cassamarca a organisé plusieurs années de suite, de grandes expositions de nos peintres impressionnistes, et a commencé maintenant un Cycle de Trois Ans consacré à la civilisation de la Chine, organisé avec les autorités chinoises, appelé “La Via della Seta”. Citons encore son Festival de l’Orgue Historique, et sa participation avec de grandes villes européennes telles Toulouse et Lisbonne, au Comité Européen des Villes d’Orgues Historiques.

 

Enfin, plusieurs classements faits en Italie voient Trévise et sa Province se situer au premier rang : Elle est ainsi la première des 103 provinces italiennes au classement Italia/Oggi pour la qualité de la vie.
Selon les données de l’Istat (l’Insee italienne) la province est aussi l’une des premières pour l’alphabétisation.
Enfin, et ce n’est pas le moins surprenant, le rapport Caritas-Migrantes sur l’émigration signale Trévise et sa province comme la première d’Italie pour l’intégration des émigrés.

 

Piazza Signori Batello sur le Sile

La présentation de Trévise continue par quelques photos du centre, la Piazza dei Signori et le Palazzo dei Tre Cento, les pittoresques ruelles à arcades, les nombreux ruisseaux qui parcourent la ville, les trois portes qui lui restent de ses fortifications, les églises belles et nombreuses dont la Cathédrale, sa crypte et son baptistère, les fresques de Tommaso da Modena, les maisons peintes, le Marché au Poisson sur son île, les imposants bastions, la rivière Sile au Parc protégé, qui unit la ville à la mer.

 
Portici

 

 

Villa Barboro

Des petites villes de la province de Trévise sont aussi évoquées, en particulier celles qui figurent au programme du voyage de juin, Maser et la villa Barbaro, Castelfranco la ville de Giorgione, la ville panoramique d’Asolo, Bassano del Grappa et son fameux pont de bois.

Asolo
   
Castelfranco muri Bassano

 

La soirée se termine avec de nombreuses questions ou de très utiles précisions des participants, tous très intéressés par cette région que certains connaissent bien, et les points de rapprochement ou de comparaison entre Orléans et sa ville jumelle.

 

 

©ACORFI