Année 2014-2015 : 04 novembre 2014

"Slow food",

par Isabelle HASSLER



 

I HasslercarteIsabelle Hassler présente chaque année la gastronomie d’une partie de l’Italie, nous rappelle la présidente. Une fois couvert le pays entier, elle a aujourd’hui choisi cette fois le mouvement “Slow Food” pour sujet de sa conférence.

La plupart d’entre nous connaissaient mal ce mouvement, dont le nom même, avec son image de lenteur, en anglais de surcroît, ne faisait guère penser à l’Italie.

Son exposé, bien développé et très clair, nous a permis de comprendre, en même temps que son origine, les motivations du mouvement, et aussi son organisation, son histoire, et son expansion mondiale, peu connue en France car il n’y est que moyennement représenté.

Nous avons été très intéressés, et parfois étonnés, par les initiatives  et ramifications de Slow Food, comme le Salone del Gusto de Turin et sa modeste extension Eurogusto (à Tours près chez de nous), ou l’association Terra Madre et ses petits producteurs du monde entier, et cette étonnante université de la Gastronomie située à Bra (Piémont), le lieu des origines.

D’autres initiatives de Slow Food nous sont exposées : on apprend ainsi que les produits proposés et retenus de L'Arche du Goût  sont des produits en péril d’abandon, et que ceux des Sentinelles du goût sont des produits traditionnels qu’il importe de promouvoir. A noter que c’est la lutte pour leur survivance des fromages au lait cru qui aurait ouvert la voie à ces initiatives méritoires en quête d’authenticité.

Outre la qualité des informations, on a beaucoup apprécié comment la conférencière nous a montré les obstacles à l’action de Slow Food : la  standardisation  des produits, la responsabilité du consommateur enclin à la facilité. Elle nous a aussi fait voir les tendances de Slow Food vers d’autres domaines allant du politique au philosophique.

Cette conférence, écoutée avec beaucoup d’attention, fut suivie d’un feu nourri de questions des Acorfiens passionnés, sur les conséquences de la normativité pour les petits producteurs, sur l’influence de l’éducation des enfants au goût, sur le sauvetage de variétés appelées à disparaître, sur les déchets considérables de l’agriculture entraînés par l’harmonisation des produits, etc...

En fin de séance Isabelle invita les acorfiens à goûter les produits typiques qu’elle avait apportés, en démonstration de la variété et de la qualité de ceux qu’elle présente en son magasin.

 



 

©ACORFI